Ce Mac est too much

Publié le par Patrice

Il y a les Macs, et il y a le reste… Cela faisait tellement longtemps que j'entendais se vanter les possesseurs d'ordinateurs à la pomme, que je m'étais fait une opinion assez tranchée sur ces derniers: exception culturelle, élitisme, ou réticence devant l'effort que demande la prise en main d'un PC, bref, des gens à part.
Pourtant, à force d'en côtoyer, je dus me rendre à l'évidence: les ordinateurs Mac sont vraiment user friendly, ce qui est loin d'être le cas des PCs sous Windows. D'où une pratique de l'informatique orientée sur l'utilisation au quotidien plutôt que sur la bidouille et la résolution des nombreux problèmes et petits désagréments qui font taper du poing le néophyte, voire l'utilisateur de PC averti. Pour ma part, j'ai toujours trouvé divertissant ce côté bidouille, car, informaticien de profession, je baigne dans les ordinateurs et les PCs depuis mon enfance.
Ce qui me fait penser que seuls les geeks (dont je fait un peu partie) s'éclatent avec les PCs (sous Windows ou Linux), et que les utilisateurs de Macs passent plus de temps à vraiment se servir de leur machine.
Tant et si bien que voilà: je viens de faire l'acquisition du dernier MacBook, dit Unibody, le modèle d'entrée de gamme que j'avais en vue depuis quelques semaines. Il est équipé d'un Intel Core 2 Duo, cadencé à 2,26 GHz, de 2 Go de RAM, d'un écran de 13,3 pouces de diagonale, d'un disque dur de 250 Go et de Mac OS X 10.6 Snow Leopard, qui est un système UNIX, comme chacun sait.
Les raisons qui ont motivé cet achat sont les suivantes:
- Mon PC portable arrive vraiment en fin de vie (cinq ans, c'est très vieux pour un PC): même en réinstallant XP, il rame horriblement.
- Windows 7, le successeur de Vista, même moins gourmand en ressources systèmes, est encore un énième Windows, avec son lot de fausses nouveautés et de fioritures qui me laissent de marbre.
- Ma charmante belle-maman nous offre un caméscope numérique HD à l'occasion de la naissance de notre premier fils, les capacités multimédia du Mac sont toutes indiquées.
- Même encore élevés, les prix des ordinateurs Apple ont tout de même baissé ces derniers temps. Ma configuration coûte 899€ (je viens de tâtonner un peu pour trouver le symbole de l'euro).
- C'est un ordinateur qui me semble aussi beau que pratique, avec son dispositif de pointage intégré nommé Trackpad Multi-Touch, qui reprend et améliore les gestuelles des célèbres iPhones (je n'en possède pas). Il rend superflu la souris, aux dires de certains.
Bref, plutôt que d'acheter un ordinateur portable affublé du sempiternel Windows, je me suis dit que c'était l'occasion ou jamais de passer au Mac.
Pourquoi ne pas avoir installé une Ubuntu ou autre distribution Linux user friendly sur un nouveau PC portable? Parce que je n'avais pas envie de bidouiller, cette fois. Je trouve cela lassant lorsqu'il s'agit d'un portable (mon PC fixe est encore sous XP, il est stable depuis des années, mis à part ces écrans bleus qui surgissent de temps en temps, depuis que j'ai remplacé mon graveur IDE par un modèle SATA). 
A ce qu'il parait, on peut se servir du Mac quasiment dès qu'on le branche… c'est ce que nous allons voir!
 
Un très bel objet
Après le déballage de l'appareil et un temps de charge de la batterie d'environ 1h30, premier constat: il est vraiment beau. Même si je sais que le prix influe sur le jugement, je trouvais les macs de plus en plus beaux ces dernières années. Là, ils ont fait fort côté design. Des formes arrondies, un habit blanc intégral du plus bel effet (je ne goute pas trop l'aluminium des MacBooks Pros), un Trackpad immense, soit disant en verre (il ressemble à du plastique au toucher, je ne vais pas en faire une analyse chimique, il fait des merveilles), et surtout une finition irréprochable et une impression d'ensemble de qualité des matériaux qui - STOP, on se croirait dans Turbo sur M6…
A l'allumage, deuxième constat: un silence absolu. Le disque dur frotte (je n'ose pas dire gratte) imperceptiblement, mais surtout, pas le moindre son de ventilateur… c'est hallucinant. Le seul bruit à l'usage provient du clic sur le Trackpad, et du clavier, dans une moindre mesure. Clavier que j'utilise pour taper cet article depuis le début, et qui me laisse somme toute une bonne impression, même si personnellement j'aurais préféré un peu plus de souplesse (j'aime bien les claviers "mous", je sais, c'est bizarre). En quelques heures de familiarisation (transition PC->Mac), je maitrise déjà toutes les touches (ainsi que le Trackpad dont je parlerai plus tard). L'absence de pavé numérique est peu gênante vu l'usage que je destine à cette machine (web, multimédia, je ne compte pas utiliser de tableur).
Enfin, l'écran rétroéclairé par LED (une avancée technologique) tient ses promesses: il délivre une image aux contrastes élevés, les noirs sont profonds, même à pleine brillance. L'image est très nette, sûrement parce que 1280 pixels en largeur sont concentrés sur cet écran relativement petit (je trouve les écrans "16/9" mains pratiques que les 4/3 pour afficher les pages web, mais je vais devoir m'y faire, car ces derniers deviennent de plus en plus rares, toutes machines confondues).
 
Le démarrage
Tout va très vite. Passé le petit son caractéristique à l'allumage, le système démarre et demande le nom de l'utilisateur, mais aussi son adresse, mail et numéro de téléphone… Big Brother n'est pas loin! Enfin tant pis, j'enregistre mon produit chez Apple, alors fiché pour fiché, hein!
Une petite présentation vidéo m'accueille, et puis c'est fini: il n'y a plus rien à faire car toutes les applications sont installées: la machine est opérationnelle.
C'est aussi le cas des PCs sous Windows, me direz-vous, l'OS est pré-installé, mais sous Vista, en tout cas, cette première étape de configuration post achat est loin d'être aussi rapide.
Il ne me reste plus qu'à parcourir la notice papier fournie avec la bête, faire les quelques tutos qui se cachent ici et là, explorer le système est ses applis et le tour est joué.
Sauf que… je suis un peu maniaque: je viens de m'apercevoir que le nom de mon répertoire utilisateur (home directory) était bien mon prénom, comme je l'avais spécifié, mais sans la majuscule à la première lettre: argh! Et pas moyen de le changer, l'aide en ligne est formelle.
Cela me revient, maintenant: pendant la phase de configuration, le nom du home dir. proposé par défaut est une concaténation "prénomnom" sans majuscules... J'ai pensé à ôter le nom, mais pas à mettre la majuscule à mon prénom. Détail, oui, mais qui a son importance, quand même.
Et puis, il y a forcément une solution, c'est un UNIX, cet OS, quand même! Je repose ma question sur Google, et voilà: quelques manipulations expliquées sur ce wiki en anglais, et c'est terminé. Ma première bidouille sur Mac - je n'en suis pas peu fier.
 
 ... to be continued.

Publié dans Technologie

Commenter cet article